Pluie d'actualités et de bons plans en Nord-Pas-de-Calais-Picardie
/
Nos recettes ch'ti

Rassaquache ou soupe au lard

  • Pour 8 pers.
  • Préparation : 30 min
  • Cuisson : 3h30
  • Niveau : Intermédiaire
  • Coût : Abordable

Ingrédients

  • 300 g de carottes
  • 2 choux verts
  • 100 g de navets
  • 300 g de haricots blancs
  • 3 oignons
  • 350 g de pommes de terre
  • 2 poireaux
  • 1 boule de céleri
  • 1 jarret de porc
  • 1 gousse d’ail
  • 250 g de poitrine de porc salée
  • 2 feuilles de laurier
  • Thym
  • Sel & poivre

Préparation

Faîtes tremper les haricots blancs toute une nuit.

Égouttez-les et réservez-les. Lavez, épluchez et coupez en gros morceaux sauf les pommes de terre.

Versez-les avec les haricots blancs dans une grande marmite frottée avec de l’ail.

Enfouissez la poitrine salée au milieu et le jarret. Mouillez d’eau à hauteur et ajoutez le thym et le laurier. Puis portez le tout à ébullition.

Salez et poivrez et portez ensuite à petite ébullition pendant 2 heures.

Ensuite, enlevez la poitrine et réservez là avec un peu de bouillon. Ajoutez les pommes de terre épluchées et coupées en quatre.

Couvrez de nouveau et poursuivez la cuisson pendant une heure.

Remettez la poitrine de porc salée dans la marmite. Ôtez le bouquet garni, couvrez et terminez la cuisson pendant 30 minutes.

Retirez la viande. La couper en gros morceaux.

Servez en soupe avec des morceaux de légumes et de viandes !

Son origine : Originaire des régions minières du Nord, le rassaquache mijotait des heures sur le feu à charbon. Plus il mijotait, meilleur il était ! Le mot rassaquache vient du verbe en ch’ti « rassaquer », action qui consistait à retirer le charbon des mines.

Le conseil « ça drache » : Faîtes cuire longtemps, des heures et des heures ! Si vous avez le vieux feu à charbon, c’est parfait !

8 commentaires

  1. BERNARD dit :

    le rassaquache n’est pas la soupe au lard !!!! C’est avec les restes de la soupe au lard qu’il est fait !!! Ma mère faisait revenir un oignon ou une échalote dans une poêle et ensuite ajouter le reste de légumes qu’elle écrasait et il me semble qu’elle ajoutait des cornichons coupés en rondelles en fin de cuisson

    1. christiane dit :

      Tout à fait exact, le rassaquache c’est le lendemain et les jours suivants 😉 Ma belle mère faisait parfois de la persillade pour accomoder les restes de viandes et/ou de légumes

    2. Filou dit :

      Tout a fait accord avec toi !

    3. DE MATOS NOGUEIRA MARIE FRANCE dit :

      La tout à fait d accord avec Bernard..MA mère appelait ça « rassacure »…elle faisait revenir des oignons roussis dans du saindoux et rajoutait les restes de légumes écumes.j en fais encore pour mon mari portugais et il adore….

      1. Bernard CAPRON. dit :

        Je suis tout à fait d’accord avec Marie-France, ma mère appelait çà aussi « des rassacure ». Je continue à faire la soupe au lard comme la recette appelée « rassaquache », d’ailleurs j’en fait une demain, et après-demain ce sera les rassacures revenues au beurre avec des échalottes, et un beau morceau de lard ou de jambette sans oublier la moutarde. Réchauffé, c’est toujours meilleur, un régal.

  2. helin dit :

    et n’oubliez pas le metka 1pour 2 personnes ,je suis parfaitement d’accord ne pas confondre la soupe et eul rassacure

  3. Joly dit :

    Moi? ma belle mère le faisait en faisant revenir de l’ail a la place de l’échalote!!  » a gouter!!! « 

  4. Pascale dit :

    Oui !!! Le rassaquach’ souvenirs de mon enfance ! Le lendemain de la soupe au lard, Ma maman faisait comme vous revenir les restes de légumes écrasés grossièrement avec beurre et échalottes Mais chez nous on frottait la croûte d’une tartine de pain beurrée avec de l’ail puis on étalait les légumes dessus arrosés d’un petit filet de vinaigre d’alcool et on mangeait ça avec le lard fumé froid avec moutarde ! J’en ai l’eau a la bouché !!! Un régal

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

captcha

Retour en haut de page